Eugène Ionesco appartient au mouvement littéraire du théâtre de l’absurde. Il est un dramaturge du 20ème siècle.

Le titre de la pièce est par rapport à la maladie et aux personnes qui se transforme en rhinocéros. Si nous lisons que la pièce, au début nous ne savons pas qu’il y a une maladie mais juste des rhinocéros.

Incipit, ou scène d’exposition : est plutôt spécial, pas traditionnel. Beaucoup de gens, pas trop d’introduction. Assez calme

S’attacher aux personnages, comprendre les perso, une scène passive. Un rhinocéros en Province/France alors qu’il devrait être en Afrique, Interromps the calme de la scène. Conversation sens suite, ni queue ni tête, le logicien. Des conversations sur des banalités, parler de la pluie et du beau temps. Emplois du pronom personnel « vous », les personnages ne se connaissent pas bien. Distanciation. Pas un langage soutenu, expression familière. Très centre sur Bérenger ses sentiments et ressentis, NQNT. Rien d’important dans la scène. Conversation plate.

Thèmes principaux : Les rhinocéros, le travail, l’avis personnel, La monotonie de la routine (Bérenger parle de la routine), la conformité, autocentré égoïsme, individualisme, la solitude dans une grande communauté mais chacun est solitaire, le mal être de Bérenger l’alcoolisme il se noie dans l’alcool.

La métaphore absurde de rhinocéros

L’intrigue : Début pas d’intrigue, enfin juste des petits problèmes. Rhinocéros asiatique ou Afrique

Disputer entre Jean et Bérenger.

Didascalie : Beaucoup de didascalie, carte d’identité, adjectifs qualificatifs. Caractérise les personnages, Trop de détail, lourd, pesant, beaucoup de blablas. Informations inutile insignifiantes.

Sous-Entendu : Ionesco a écrit la pièce en 1959, il s’est base sur le nazisme, le fascisme, le communisme en URSS, et Roumanie des dictatures et régime totalitaire et Nationalisme. Le rhinocéros peut être la masse, la foule qui suit le leader, ici on ne sait pas. Les dangers du conformisme. Énormité de la chose. Contagieux, invasion, conformiste

Scènes importantes : Bérenger chez Jean ; scène juste après l’apparition du deuxième rhinocéros, tout le monde se posent des questions, mais pas les bonnes ! Le monologue de Bérenger.

Absurdité : Les chats=> beaucoup d’animaux qui ont quatre pattes, racisme de monsieur Botard, absurdité. Conversation entre chat et pachyderme NQNT. Les rhinocéros sont absurdes.

La rhino cérite : Quand Bérenger visite Jean, la peau, la respiration, une bosse. Rapprocher à la folie, ne s’explique pas, ne cherche pas a comprendre. Un parallèle au Totalitarisme, manque d’esprit critique, personne ne demande pourquoi ? Suivre la masse, la troupe.

Pourquoi quand les personnages se transforme ils deviennent verts ? Les uniformes des nazis. Pourquoi tout le monde veut devenir rhinocéros ? Ils ne veulent pas être seul. Ne cherche pas à comprendre.

Bérenger : Diffèrent des autres dès la première, Triste, mais vrai a soit même, mal être, passif, mou, alcoolique (se laissez allez), ne veut pas se confronter à la réalité, début semble FAIBLE par rapport à Jean. Un personnage Existentialiste. Solitaire mais pas par choix, mal être, mal dans sa peau, manque de confiance,

Jean : pédant, arrogant, monsieur je sais tout, moralisateur, plus positif, sûr de lui

Daisy : Aussi la seule femme de la pièce, commence à l’acte II, jeune et blonde. Femme un peu crédule, naïve, apparait de manière insignifiante. Victime de son statut de femme, débarque de nulle part, se mêle à la conversation de tout le monde, son mot à dire même pour rien.

Bérenger est attiré par elle, mentionne dans l’acte premier.

Remarque la page pour : Bérenger aime bien Daisy ; première mention de la rhino cérite ; première transformation.

Analyse du Monologue de Bérenger :

La fonction du monologue : Suivre la réflexion intérieure du personnage, les sentiments les plus profonds du personnage. Cela apporte le côté tragique de la situation. Bérenger se trouve face a un dilemme, devenir rhinocéros ou rester humain ; un déchirement intérieur. La révolte de Bérenger, il fait la résistance contre la rhino-cérite, mais combien de temps pourrait-il résister? Le monologue commence à la fin de l’histoire d’amour, avant a deux, après seul, solitaire. Il culpabilise. C’est touchant quand il dit que l’homme n’est pas si moche que ça… Mais après il dit mais qu’est-ce que c’est laid un homme. Beaucoup de répétitions, il essaye de se convaincre ! Après il doute de lui-même, le français. Beaucoup de questions car il est perdu, question et réponse en même temps car il est perdu. Un dialogue imaginaire

Didascalie : Information sur le jeu, elles insistent sur le jeu.

La fin du monologue, comme un cri de guerre qu’il se lance à lui-même pour se donner du courage. Il est en guerre contre cette fatalité. Omniprésence du pronom « Je ». Origine de l’homme et l’originalité, mais après temps pis. Bérenger se met en avant, il devient engagé dans cette lutte. Sa manière d’exister en tant qu’Homme. Il n’a pas le choix. Suivre les autres et mourir ou résister mais seul contre tout et tous. Il devient le Héro.

Humanisme : Croire en la bonté humaine, faire des bons choix, pas besoin de religion, autonomie de l’Homme. La liberté de pense, de choisir, assumer les conséquences. Esprit critique.

Global Issue : Totalitarisme, ne laisse pas à un homme être diffèrent. Liberté de la condition humaine.

Objectifs du développement durable : Justice et Paix ; Accès a la sante ;